Il fait tellement chaud aujourd'hui...
J'ai déjà branché mon ventilo cette nuit - après m'être réveillée deux fois - et j'ai pris une douche bien fraiche ce matin. Je fais un mouvement, j'en peux plus. J'imagine déjà ce que ça va donner au bureau, à 14h, devant la réverbération de la terrasse, avec mon ventilo qui brasse de l'air chaud... Bon, alors ça sera robe pour aujourd'hui. Robe, petites chaussures, on relève les cheveux (les machins qui donnent hyper über chaud) et on ouvre les fenêtres de la voiture. ça démarre.

J'ai une demi heure de route alors on y va. A travers la crau, ça va plutôt vite, mais c'est assez monotone. La route est toute droite (bon ok, ya un léger tournant ou deux mais sinon...) et je navigue entre champs désertiques et allées d'arbres cachant un radar. 110km/h, avec le soleil, je met la clim histoire de pouvoir écouter le Mouv et les infos de 8h. Ma bretelle tombe, je la remet.
Mais elle était déjà tombée trois fois entre le moment où je sors la voiture, je ferme le portail, je redémarre et je passe le rond point. Alors là, merde, elle reste où elle est. Puis, étant censée être seule dans ma voiture, et que le bas de la robe est un peu lourd, j'ai remonté le tout sur mes cuisses. Faut dire, c'était pas pratique non plus pour passer les vitesses, ça grattouille. Me voilà ainsi partie direction le boulot, mes lunettes de soleil sur le nez, sans lesquelles je ne peux conduire.

Sur la route, j'en croise des camions. Ils vont tous vers Clésud, où en partent. Clésud, C'est une plateforme logistique, après Miramas et avant Salon de Provence. Donc avec l'autoroute qui rattrape Arles et celle qui va vers Aix, on se sent pas seul.

Mais depuis mon accident de voiture, je les supporte plus. Je supporte encore moins quand ils se rapprochent de vous, pour vous coller et pour 1/ vous faire déporter 2/ vous flanquer la frousse 3/ vous emmerder 4/ prouver que lui, il en a une plus grosse. Mes instincts sanguinaires remontent à la surface... Les gros bœufs dans toute leur splendeur. Mais là où ils battent les records, c'est précisément lorsqu'ils vous klaxonnent ou qu'ils vous font des appels de phares. Pourquoi ?
Parce qu'ils ont vu une bretelle tomber. Parce qu'ils ont vu un morceau de cuisse, un bout de robe. Une fille qui conduit - belle ou moche - pour un peu qu'elle soit habillée comme tout le monde en été c'est-à-dire forcément moins couverte qu'en hivers, ça klaxonne. Ça allume les phares... Pourquoi ça me gonfle ?

Parce que ça veut dire "du haut de mon camion, à cause de mon complexe d'infériorité, je vois tout !" Oua, tu vois une bretelle, une cuisse... Ceci dit ça klaxonne et etc.,même que j'ai un tee-shirt et une jupe, et donc que je suis plus couverte. Alors pourquoi ? "T'es mignonne ma jolie", Ouais c'est ça. Non mais est-ce que je klaxonne tous les mecs qui sont en mode été, c'est-à-dire torse nu + short, c'est-à-dire 80% des hommes ??

Un premier me klaxonne + appel de phare pendant 10 secondes (sur la route, c'est long 10s). Bon... J'en dépasse un autre, rebelote. J'en vois trois autres plus tard, OK, je coince la bretelle, je redescend la jupe, j'accélère un peu pour pas rester à côté pendant mille ans. Obligée d'en arriver là ! Mais contrôlez-vous un peu, merde !

Plus que mon sale caractère face aux camionneurs, c'est le côté voyeur et je fais ce que je veux qui m'enquiquine. On ne peut même pas être tranquille dans sa voiture ! Alors quoi, je devrais crever de chaud et supporter les regards et réactions des mecs, même sur la route ?

Messieurs, apprenez à réfléchir avec votre VRAI cerveau !