Depuis 12 ans, déjà !, nous avons une jolie petite minette à la maison.
Noire et blanche, la truffe humide et la petite mine, c'est squelettique qu'elle est arrivée chez nous : son grand macho de frère ne voulait pas la laisser manger - une gamelle pour deux, il a vite compris où sa le mènerai. Ma mère, dans un grand élan de justesse et de miséricorde, l'a tout simplement sauvée en la ramenant at home. Gin de son prénom (non, on a pas donné un nom avec la lettre de l'année où elle est née, c'était l'apéro, elle était là, la bouteille aussi.), elle s'est vite rattrapée.
Elle a bien compris que son trou du c*l de frère n'était plus là et s'en est donc donné à cœur joie : c'est qu'elle a pris du poids la bête... Tour à tour chasseresse, aventurière, exploratrice, gourmande, dormeuse et feignasse, elle a le poil brillant, la gueule qui pue la croquette et ses patounettes toutes mimi quand elle les replis pour dormir. Autrement dit, on les voit souvent les patounettes...

Bien qu'ayant pris de l'âge - et du poids - elle n'est reste pas moins un chat. C'est-à-dire digne. Imperturbable. Fière. Méprisante parfois, avec son regard vert de tueuse. Et pas con. Car, désolée de vous l'apprendre mais les chats sont moins débiles que les chiens.*mode j'assume grave* En plus de cela, un chat prend son mal en patience. Il peut attendre toute une journée pour aller pisser, s'il est pris au piège à l'intérieur de la maison (nous avons un jardin, donc pas de litière). Il peut attendre des heures que sa proie sorte de son trou. Il peut guetter le lézard sous le pot de fleur sans broncher. Sans ciller. Et il peut très bien miauler doucereusement pendant des heuuuuuuuuuuuuuuuuures à côté de vous pour que vous lui donniez à manger !! Enfin, en disant "heure", je m'avance un peu : l'être humain n'a jamais été aussi patient, lui.
Donc, une fois que vous avez arrêté votre activité, que vous vous êtes levé, que vous vous êtes trainés jusqu'à la gamelle pour constater le chat, gentiment assis côté de ladite gamelle PLEINE de croquettes de la mort qui smoultent, là vous vous poser des questions. Et des sérieuses. "Con de chat, tu vois pas qu'elle déborde cette con de gamelle qui pue ?!".

Vous repartez.
Le chat revient.
Remiaule.
Encore.
Encore.
Vous résistez.
Un combat psychologique s'engage. La chat prend son mal en patience et va dormir.
Une pause, vous reprenez vos esprits, essayant de vous reconcentrer sur votre boulot. Il revient à l'attaque.
Vous abandonnez assez rapidement...

"Bon, vu l'odeur, peut-être que ça a viré... Je vais changer les croquettes" (je vous conseille pas la bouffe type "patée" qui smoultasse méchant). Mais même après l'avoir changé, le chat n'en veut toujours pas. Le voilà qui se met à miauler un peu plus fort et vous glisse entre les pattes. Euh, les jambes (punaise, j'ai vraiment écrit "pattes" en pensant jambes, ça devient grave...). Et là PAF ! le piège, vous vous laisser attendrir. Votre matou a vous, tout doux, ronronne, tout gentil, se frotte et se refrotte et là... Il se dirige vers la gamelle et mange.
*mode incompréhension totale*

On a ensuite vite compris avec mon frangin que Gin, si les croquettes datait d'il y a 3h (donc mangeable hein), elle ne voulait toucher à sa gamelle que si on lui gratouillait le dos et l'arrière train. C'est à dire que EN PLUS de se faire servir, cette garce veut DES MASSAGES pendant qu'elle mange. C'est à dire que déjà elle veut qu'on la serve quand elle en a envie, en plus on doit être à son service pour "l'aider" à manger. Est-ce que j'ai des massages moi quand j'emmerde le monde ? Non parce que j'aurais un bon capital de réserve °w° C'est fou...

Elle nous mène à la baguette.

Mais elle est trop mimi et toute belle...
et toute douce...
et toute chaude quand on a froid...
Si... si MEUGNONE ! ... et puis elle est...
...

'Tain, elle est pas con.