Allé, donnons nous des petits défis chaque jour !!
Exemple ::

Je suis bien installée dans mon lit, au chaud. Les couettes m'offrent une protection sans pareille (ce que ne peut apporter un drap, hum) contre le bruit extérieur, le froid pernicieux et tout autre attaque néfaste qui perturberait mon sommeil. MAIS ! car il y a un mais. Une sourde pression se fait de plus en plus forte et voilà que ma conscience se réveille et constate : compte tenu du fait que je suis au chaud, que le sol est glacial (on est en hivers/automne hein !), que les pantoufles ne peuvent que très moyennement produire la même chaleur que les couettes (qu'un drap à la limite...), que je devrais me faire péter les rétines par la lumière et que les chiottes sont de fait trop loin... Je ne bouge pas.
Hors de question que je meuve mon corps lourd et chaud hors de ma couette. Allé, faisons abstraction et pensons à autre chose.
Je tourne et me retourne dans mon lit...
Je compte mes orteils...
Je pense à un truc bien (mais vraiment bien du style que ça se raconte pas ici)
... Mais non !
J'ai toujours envie de pisser !!!!

Alors je me lève, et vas-y que j'avance à taton parce-que oui, j'avais déjà envisagé la lumière assasine, que je butte dans tous les machins qui sont pas rangés, que je me rend compte que un ou deux voire trois kilos en moins ça aiderait et que je me prends la porte des WC, sinon c'est pas drôle. Bien obligée d'allumer la lumière là hein ? Organisée : on s'assoit, on ferme les yeux et *clic*. On préserve 2 points à chaque oeil, ça fait jamais de mal.
Et là le soulagement. On est tellement content(e) d'être arrivé à bon port qu'on prendrait presque notre temps...
On s'installe, on se rendors un peu, on se souvient que le Cosmo de hier doit trainer quelque part, on maudit cette ****** de lumière et le tr*u du c*l qui a pas remplacé le dernier roulot de PQ !!! En partant, on tire la chasse. Outre un geste naturelle d'hygiène, c'est aussi une acte de civilité : on signale à tous les voisins de l'immeuble ou a tous les membres de la famille que nous sommes toujours là et que, oui, même à 5h du mat' on pense à eux. Non mais, on est poli nous.
Et on revient, soulagée et le sourire au lèvres, sous nos couettes toujours chaudes, toujours confortables, acceuillantes et douces (pas comme les dr... hum ?). On va profiter au maaaax de cette aventure matinale pour se rendormir aussi sec, pour profiter des heures encores dont nous disposons avant les obligations quotidiennes, et pour profiter de la chaleur et toussa toussa.
Fière d'avoir vaincu l'ennemi et l'esprit combatif, on se dit tout de même : La prochaine fois, penser à prendre du PQ en douce, au cas où...