PourquoiBlog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, avril 20 2008

Pourquoi j'ai acheté ça... ?!


Il y a des moments dans la vie où chacun de nous s'égare.

Nous avons tous nos passages à vide, nos expériences étranges avec l'au-delà, nos opinion sur la conditions des singes en amazonie (pour peu qu'il y en est) ou bien notre conviction que 1/ on a été adopté et donc 2/ le destin qui nous attend est bien plus important qu'on ne veuille bien le soupçonner : Neil Gaiman, c'est moi. Bien sur, ces instants de vide intense ou de débilité profonde nous pousse à agir de manière bien... étrange... Mais ils sont rapidement oubliés, balayés par le souvenir de notre quotidien et les petites choses qui font que la vie est belle, bla bla bla. Mais il y a également des indices très précis, qui nous permettent de nous souvenir avec aisance que - à ce moment là de notre vie - on a glissé sur une banane. On a raté le virage. On s'est laissé allé, bref, nous n'étions pas nous même.

Et vu l'indice découvert, on regrette...
Alors on cache avec perfidie la chose en question.

C'est ainsi que récemment, alors que je cherchais de quoi me vêtir pour partir au boulot, je suis tombée de haut. Un vêtement, appelons-le par sa détermination première même si j'ai des doutes, était sagement plié dans mon armoire. Intriguée, je soupèse la chose, la tate, la déplie. Et PAF, le souvenir. C'est un pull que j'ai fais acheter à ma mère, il y a un ou deux ans - quoique je voudrais bien rajouter quelques années pour ne pas avoir à me dire que ce machin faisait parti de "mes goûts" de l'époque récente...
Que je vous décrive l'engin : Il s'agit là d'un pull à col roulé avec les manches retroussées, donc "à manches roulées", le tout de couleur rouge/bordeaux. Assez basique donc. MAIS, le reste du pull, c'est-à-dire le dos, les manches, le torse est un ensemble de trous. Imaginez un pull sur lequel on aurait tracé des traits (en forme de je sais pas quoi, mais pas des traits droits) et que l'on aurait conservé et fabriqué QUE ces traits. Je sais pas si je suis claire... Mais bon, pas simple à décrire le machin. Je me demande même qui est la personne qui a inventé ce concept. Parce que, of course, s'il fait moins 20°, ce pull ne vous sert à rien. Top La classe. C'est d'ailleurs ce que je me suis dit lorsque je l'ai vu sur le mannequin de la redoute ou des 3 suisses. La fille blonde, nonchalamment adossée au mur pourpre, regardant l'objectif en se tenant les bras du style "oh je suis une pauvre chose égarée par la vie qui se sent bien dans son pull à trou mais à col roulé" - m'a roulée.

J'ai mis cette serpillière une fois, j'ai même osé sortir avec, en tenant la main de mon chéri - je me dis que dans des moments là, soit il se fout de comment je m'habille, soit il a honte de rien, soit il est courageux et il m'aime fort.

Mais quand même... Qu'est-ce qui m'a fait tilté sur ce pull ? Quel est le déclic qu'il y a eu dans mon cerveau pour que je me dise "oua c'est joli !" en me voyant dans le miroir ? A moins que je n'ai eu une période je-me-déguise-en-bonbonne... Je ne comprends pas. Me serais-je laissé abuser par des soldes qui valaient vraiment le coup et qui pourtant, question présentation et mise en valeur, étaient inversement proportionnées ? Que s'est-il passé ? Moi qui, malgré mes antécédents de garçon manqué, je me résous à assumer pleinement ma féminité ; moi qui aime bien être à l'aise dans mes fringues, mais qui ne sors pas (plus) débraillée - il y a eu un bug dans la matrice. Une ligne de code à merdée. Elle a inversée "élégance/raffinement" avec "tape toi la honte ma cocote".

Ce qui me rassure (un peu), c'est que toute fille qui se respecte possède au moins UN vêtement maudit. (Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les magasins féminins) Un secret de tissu, de coton et de polyester enfoui sous une pillasse d'autres fringues beaucoup plus classe, ou du moins, beaucoup plus "normale". Une erreur de jeunesse, ou plus récente, cela dépend du dernier "passage à vide". Mais pourquoi ce besoin quasi compulsif d'acheter un truc que nous ne mettrons pas ? Car soignons claires, on ne va pas le mettre, on ne le mettra plus et on espère surtout que personne ne tombera dessus. Pourtant on le garde. Mais jusqu'à quand ?
Jusqu'au prochain déménagement. Car si vous emménagez, hors de question que votre homme tombe sur l'horrible chose. Enfin, ça se trouve il prend ça pour un chiffon et vous êtes sauvée. Ou jusqu'au prochain nettoyage de printemps. Hors de question d'avouer distinctement que vous avez choisi ce truc. Ou à l'hiver suivant, quand il faut aller chercher les nouvelles fringues mises de côté. Il part donc directos à la poubelle ! Sur ebay, si vous êtes confiante, à Emmaüs, si vous êtes inconsciente.

Ces fringues moches, et carrément "pas vous" conservées des années... alors pourquoi ?
Pour pouvoir les jeter pardi !! Pour pouvoir les donner, les faire passer de "votre espace" à celui des autres. Autrement pour avoir la sensation de faire du tri, dans les meubles, dans la tête. Vous serez alors bien contente de savoir qe vous avez réussi à laisser votre passé d'ado sans goût/ d'ado avec des goûts moches/ votre passé tout court - derrière vous. Vous avez évoluée. You level Up !

Congratulations ! *Next level*

Et c'est reparti pour un tour- à quand les prochaines soldes ?

mardi, avril 15 2008

Pourquoi mon chat est si... bah... pas con, il est pas con.


Depuis 12 ans, déjà !, nous avons une jolie petite minette à la maison.
Noire et blanche, la truffe humide et la petite mine, c'est squelettique qu'elle est arrivée chez nous : son grand macho de frère ne voulait pas la laisser manger - une gamelle pour deux, il a vite compris où sa le mènerai. Ma mère, dans un grand élan de justesse et de miséricorde, l'a tout simplement sauvée en la ramenant at home. Gin de son prénom (non, on a pas donné un nom avec la lettre de l'année où elle est née, c'était l'apéro, elle était là, la bouteille aussi.), elle s'est vite rattrapée.
Elle a bien compris que son trou du c*l de frère n'était plus là et s'en est donc donné à cœur joie : c'est qu'elle a pris du poids la bête... Tour à tour chasseresse, aventurière, exploratrice, gourmande, dormeuse et feignasse, elle a le poil brillant, la gueule qui pue la croquette et ses patounettes toutes mimi quand elle les replis pour dormir. Autrement dit, on les voit souvent les patounettes...

Bien qu'ayant pris de l'âge - et du poids - elle n'est reste pas moins un chat. C'est-à-dire digne. Imperturbable. Fière. Méprisante parfois, avec son regard vert de tueuse. Et pas con. Car, désolée de vous l'apprendre mais les chats sont moins débiles que les chiens.*mode j'assume grave* En plus de cela, un chat prend son mal en patience. Il peut attendre toute une journée pour aller pisser, s'il est pris au piège à l'intérieur de la maison (nous avons un jardin, donc pas de litière). Il peut attendre des heures que sa proie sorte de son trou. Il peut guetter le lézard sous le pot de fleur sans broncher. Sans ciller. Et il peut très bien miauler doucereusement pendant des heuuuuuuuuuuuuuuuuures à côté de vous pour que vous lui donniez à manger !! Enfin, en disant "heure", je m'avance un peu : l'être humain n'a jamais été aussi patient, lui.
Donc, une fois que vous avez arrêté votre activité, que vous vous êtes levé, que vous vous êtes trainés jusqu'à la gamelle pour constater le chat, gentiment assis côté de ladite gamelle PLEINE de croquettes de la mort qui smoultent, là vous vous poser des questions. Et des sérieuses. "Con de chat, tu vois pas qu'elle déborde cette con de gamelle qui pue ?!".

Vous repartez.
Le chat revient.
Remiaule.
Encore.
Encore.
Vous résistez.
Un combat psychologique s'engage. La chat prend son mal en patience et va dormir.
Une pause, vous reprenez vos esprits, essayant de vous reconcentrer sur votre boulot. Il revient à l'attaque.
Vous abandonnez assez rapidement...

"Bon, vu l'odeur, peut-être que ça a viré... Je vais changer les croquettes" (je vous conseille pas la bouffe type "patée" qui smoultasse méchant). Mais même après l'avoir changé, le chat n'en veut toujours pas. Le voilà qui se met à miauler un peu plus fort et vous glisse entre les pattes. Euh, les jambes (punaise, j'ai vraiment écrit "pattes" en pensant jambes, ça devient grave...). Et là PAF ! le piège, vous vous laisser attendrir. Votre matou a vous, tout doux, ronronne, tout gentil, se frotte et se refrotte et là... Il se dirige vers la gamelle et mange.
*mode incompréhension totale*

On a ensuite vite compris avec mon frangin que Gin, si les croquettes datait d'il y a 3h (donc mangeable hein), elle ne voulait toucher à sa gamelle que si on lui gratouillait le dos et l'arrière train. C'est à dire que EN PLUS de se faire servir, cette garce veut DES MASSAGES pendant qu'elle mange. C'est à dire que déjà elle veut qu'on la serve quand elle en a envie, en plus on doit être à son service pour "l'aider" à manger. Est-ce que j'ai des massages moi quand j'emmerde le monde ? Non parce que j'aurais un bon capital de réserve °w° C'est fou...

Elle nous mène à la baguette.

Mais elle est trop mimi et toute belle...
et toute douce...
et toute chaude quand on a froid...
Si... si MEUGNONE ! ... et puis elle est...
...

'Tain, elle est pas con.

jeudi, avril 10 2008

Pourquoi prendre des congés ?


Quelle question...
Pourquoi le français moyen souhaiterait s'accorder quelques jours de repos ?
Après tout, depuis que Sarkomania a débarqué, nous devons tous "travailler plus pour gagner plus". Donc travailler moins pour gagner moins. Qui dit gagner moins, dit "pourvoir d'achat déjà pas en forme" plus faible face à "factures bien grasses depuis l'euro, ah ah". Donc crédit, donc merde, donc déchéance intellectuelle, donc dépression, divorce et suicide plus si affinité.
Du coup, le français a beau être "moyen" il n'en est pas con pour autant (hum..., bref.) et se dit que s'il ramène plus de pognon à la maison, bobonne pourra amener le fiston faire du cheval, qui arrêtera enfin de nous péter les coui**es parce que tu comprends, "zorro c'est le plus fort, il rate moins la barrière que les autres". Paix du ménage. Bonne entente. Sousous. Le rêve. Bien sûr, chacun prend avec allégresse les quelques semaines de vacances dont il a droit dans l'année. vive les congés payés. Pourtant, pour certains, pas besoin de vacances, le week-end est déjà suffisant !

Ainsi, il y a ceux qui assument, il y a ceux qui abusent et prennent des congés sans soldes (si si c'est possible) et il y a ceux qui subissent. Disons les gens comme moi. Jeune diplômée comme on dit, me voilà embauchée dans une maison d'édition en CDD. Pas de vacances donc pendant ces 3 mois - pas la peine quand même, faut pas pousser mémé. Ledit CDD est *joie* renouvelé de 6 mois ! Allé, on est reparti, cumulant officiellement mes "congés". Mais cruel dilemme. Dois-je prendre des congés ? Je vous rappelle que du rythme "une semaine de vacances tous les mois" (foutent vraiment rien ces étudiants !) à "pas de vacances du tout pendant 9 mois", j'en ai pris plein ma face niveau rythme de travail. Ah mon lit que je t'aime. Ah week end adoré, je connais enfin ta signification - sans les devoirs X) ! Adieu grasse matinée, bonjour tube de vitamines.
Mais d'un autre côté je ne suis qu'en CDD *et là je me dis que je ne cumulerai pas ma vie en CDD*. Autre question : puis-je seulement les prendre ces congés ? Officiellement oui, puisque je les ai gagné à raison de 2 jours et demi par mois, comme tout le monde. MAIS. Je dis bien "mais". *mode anticipation* Etant donné que j'en suis à mon 2e CDD. Etant donné qu'il y a une chance sur 2 que ce "déterminé" se transforme en "indéterminé" (soit oui, soit non). Etant donné qu'il y a deux chances sur quatre pour qu'au mois de juillet prochain, je me retrouve toujours à travailler dans la même boite, j'aurais donc cumulé des congés pour l'année à venir. Ça veut dire en gros que si je la joue pas fine, déjà que j'ai pas pris de congés cette année, je risque de merder et de ne plus en avoir pour l'an prochain. DONC, je biaise. Comme suivant les périodes, je bosse "normalement", je cumule des heures de récupération, que j'ai pu caser par ci par là.
Cher toi qui me lit ou me subit, tu es donc maso, je t'annonce officiellement qu'en ce lundi 7 avril, à l'heure où j'écris ces lignes (oui je poste en décalé, je vous merde), je suis en congé ! Et comble, je le serai aussi mardi 8 avril, en congé également ! *larme à l'œil, bouche qui tremblote et jambes qui flageolent * Je me suis pris mes premiers congés depuis exactement le 1er octobre 2007. Alors pour ceux qui travaillent depuis belle lurette et dont ce rythme de travail est devenu commun, vous devez vous dire "ma belle, tout ça pour ça ?" ET BIEN OUI ! rappelez vous que les étudiants en rament pas une et que donc, j'ai pas été habituée à perdre mes vacances de la Toussaint, mes vacances de Noël, mon jour de l'an, mes vacances de pâques, mes vacances d'avril et tous les ponts possibles et imaginables. C'est que ça en fait...

Alors du coup, me voilà sur la côté d'azur, chez mon cher et tendre à faire du roller, à faire des tours de presqu'ile, à récolter des radis, à prendre des apéros de 5h, à jouer (et perdre ?) à Guitar Héro et - sur les conseils bien avisés de mon doudou qui me connait... - à aller me faire masser la couenne dans un hammam, sur Aix. Extase... Détentation... Relaxe... Zenitude... Le pied. Pourtant, je n'ai pris que 2 jours ! Mais cumulé au week end, qu'est ce que ça fait du bien...
Du coup, je suis pour que les week end durent 3 jours. Tout le temps. A vie, ça serait pas trop méchant ? Puis ça permettrait de pro-fi-ter !

Allé Sarko, faut pas avoir peur... Un petit jour, rien qu'un petit jour. Puis, tu sais, mai 2008 approche, moi à ta place, je baliserai.
Enfin, moi je dis ça, je dis rien... OxO

*Ne pas penser aux mails non lus depuis vendredi*
*Ne pas penser aux mails non lus depuis vendredi*
*Ne pas penser aux mails non lus depuis vendredi*
*Ne pas penser ...*

samedi, avril 5 2008

Pourquoi aujourd'hui je n'en trouve pas ?


Il fallait bien que cela arrive un jour.
Vous me direz qu'on ne peut pas être au meilleur de sa forme tout le temps. C'est un fait. Je reconnais qu'à certains moments de débacle et de feignantise sur-aiguë, j'ai même demandé à mon chéri. Il m'a bien aidé et m'a sauvé la mise quelques fois... J'avoue également que, parfois, je me suis laissée allé vers le côté obscur en m'abrutissant dans des billets faciles. Mais mon problème, en ce samedi 5 avril à 12h08, c'est que mon chéri dort. Qu'il ne peut donc pas m'aider. Et que je n'ai pas d'idée.

Et oui, cher public virtuel, je te déçois aujourd'hui.

Désillusion, désespoir, attente, désir inassouvi, frustration.
En ce jour d'avril - pourtant lumineux et peu venteux *alléluia* - je n'ai pas d'idée de sujet. La page blanche. Le néant virtuel. L'HTML oublié, le codage perdu, le pixel seul. Bref, la merde.
J'ai bien essayé de me lancer deux ou trois fois : "pourquoi l'homme est un loup pour l'homme, et inversement ?". "Pourquoi Guitar Héro III peut avoir des incidences inattendus pour votre budget ?" "Pourquoi Dieu existe et qu'il fait chier ?"... Au final, du grand n'importe quoi, vous en convenez. (quoique la dernière je me la garde sous le coude...). J'ai ensuite tenté de me fixer un objectif, mais après avoir passé 10min inerte devant l'écran, je me suis dis que, quand même, Pheyno, tu abuses, mais j'ai pas pris de jus d'orange, ah oui c'est vrai, mais le tube de vitamines alors ?
Alors, je vous présente mes excuses en ce début d'après midi, ou de matiné pour certains, mais ce billet sera un billet inutile - Ah, mon chéri à bougé ! ah ben non... Un billet inutile donc. Mais comme je suis une jeune fille de chair et d'os, de sang et de cerveau (petit cerveau qui réfléchi trop, donc je le compte), un être humain quoi, j'ai des qualités. Mais des défauts aussi. Alors ce blog, qui me représente, sera lui aussi comme moi, à 12h13. Aujourd'hui inutile, las, vide et sans intérêt. Mais demain, qui sait ?


Oui, vivement le prochain billet...

dimanche, mars 30 2008

Pourquoi, non mais pourquoi je n'ai pas un talent artistique ?



Non mais savoir jouer d'un instrument, savoir dessiner, savoir peindre ou sculpter. Puis savoir chanter.
Sans pour autant vouloir faire la Star Ac ou ces émissions à la con. Savoir chanter parce que même à l'occasion d'un karaoké pourri, ça pète la classe de chanter juste. Du coup, je tombe raide devant sa performance. Il s'appelle Nick Pitera et je vous laisse découvrir sa "particularité". Une fois que vous serez estomaqués, vous pourrez visiter sa page web.


jeudi, mars 20 2008

Pourquoi c'était trop bien !



Mais oui mais oui !

Alors je n'ai pas de photos mais des souvenirs - plus difficiles à montrer certes - et des sympas ! Mais vraiment trop cool ce salon !
J'ai pu enfin poser un visage sur les auteurs et mes contacts du boulot ! Très appréciable ça ;) En espérant qu'il ne m'ai pas trouvé trop jeune =/ (avec mes 21 ans je suis la plus jeune de la boite et je donne des indications à pas mal de gens alors...)

J'ai pu aussi enfin découvrir le mystérieux visage de l'équipe de Bulle d'encre, j'ai enfin vu Gala & Richard, Kyr, Rudy le nouveau venu et plein d'autres ! J'ai apprécié les jeux de mots et la bonne compagnie de Fanta ^_^ Ai Rencontré Simon ! Et je ne remercierai jamais assez Pierre pour sa gentillesse ! Entre un resto japonais (des makhis énôôôrmes) et une pizzeria, j'ai découvert qu'il avait beaucoup de points commun avec Mon Meilleur Pote, une rencontre s'impose... ! ^^
Revu aussi pas mal de mes profs de l'IUT, dont un qui m'a sauvé du métro !
Malgré le fait que je n'ai pas officiellement travaillé, je suis revenue un ti peu fatiguée (le TGV à 6h, le métro et le sandwitch qui ma pété le ventre ont du aider) ne me suis pas faite à la vie parisienne. Le métro toussa... Me suis perdue et tout... Le ciel gris/beige (une couleur trop chelou !! On connait pas ça chez nous...), la pluie qui bruine. Puis le bruit ! Pas habituée... Dire que je dois être en train de passer pour une "petite provinciale" qui y connait rien, ah ah ! M'en fout :P

C'était bien sympa, très intéressant, je suis revenu avec une dédicace de RAYMOND E. FEIST !!!!! La fille de l'empire tome 1 que j'ai fait signer huhuhu ! Me suis pris quelques Aria et des mangas pour mon frère =)

Puis la petite alerte à la bombe a fait son effet ah ah ah... on voulait pas partir et faire nos sacs pour les libraires quand la police est arrivée "POLICE NATIONALE ALLER ON RIGOLE PLUS ON EVACUE" oh chouettos. Nous avons du nous réfugier au Mercure (moi qui pensait de jamais y entrer ^^) puis nous sommes revenus sans trop d'encombres. Un petit abrutis qui a téléphoner et qui s'est amusé quoi...

Bref, malgré ça et surtout, après toutes ces rencontres, ça sera à refaire ! ;)
Puis avec le TGV, j'ai pu commencer et finir La porte de Bronze que je vous conseille pour une petite lecture détente !

samedi, mars 15 2008

Pourquoi aller au salon du livre de Paris ?



Pour voir pleins de livres.
Pour rencontrer pleins d'auteur.
Pour admirer les stands des éditeurs.
Pour payer 6 euros un sandwitch triangle.
Pour revoir pleins de potes !
Pour se faire controler à l'entrée. Plein de fois.
Pour revoir pleins de potes, bis !
Pour avoir un badge per-so-na-li-sé qui tape la classe.
Pour en rencontrer, enfin, des potes.
Pour voir Paris (pas sous la pluie hein, on a fait un pacte Dieu, alors mèfi !)
Pour s'en mettre plein les yeux.
Pour découvrir plein de nouveautés, des jeunes talents, des gens et encore des gens !
Pour arriver avec 3 kg de valise et repartir avec 10 kg de livres en plus.

Et pour ne pas a avoir à faire un billet trop looooooooooooong ! MOUHAHAHAHAHA !!!

Allé, see you soon boys and girls, et à dans pas longtemps pour ceux qu'on se retrouve là bas que ça va être chouettos ! :D

lundi, mars 10 2008

Pourquoi D&co, ça marche du tonnerre ?

En parlant de déco, le blog change. Je vais voir si ça me plait à la longue... Et vous ça vous plait ? :o

Lire la suite...

mercredi, mars 5 2008

Pourquoi on sait que le sort s'acharne ?

Des petites scènettes comiques dans les films, ça fait bien rire.
Le gag récurent du gars qui se prend toujours le pied dans un meuble, du pot de peinture mal placé ou n'importe quelle autre scène connues, ça fait toujours sourire. Mais pas quand ça vous arrive.

Pour entrer dans la bâtisse de mon boulot, je me gare le long du quai, je longe le Rhône sur 100, 200 mètres, je passe sous le pont, je passe devant les petits garages et je traverse la placette. Entre la librairie et le cinéma, la porte vitrée, je rentre et me voilà prête à monter les mults escaliers. Et bien, pour en sortir, je fais exactement le même trajet dans l'autre sens. Sauf qu'il m'arrive souvent de partir 1/2 heure après l'horaire, voire une heure après (mais plus rarement quand même, sinon je me flagelle). Alors là, outre le fait d'accélérer le pas pour retrouver titine, je dégaine mon portable et j'appelle mon cher et tendre. Pour qu'il sache où, géographiquement, je me trouve et pour expliquer - s'il est déjà chez lui [à 250km de là] - le pourquoi de je suis pas encore là. Puis, vu que dans la Crau c'est plutôt désert, s'il a pas de nouvelle d'ici 1h, il peut s'inquiéter. Mais, je ne l'appelle pas tous les jours : parfois un texto (écrit en entier), parfois rien. Et il se trouve que le ciel est bleu, les mouettes chantent et les automobilistes désertent la rue lorsque je me trouve dans ces cas de figure. Les motards se rarifient, les voitures deviennent transparentes ou muettes. Passer sous le petit pont me calme, m'apaise, me fais oublier les libraires qui téléphonent et les commandes à passer en urgence.

Mais il suffise que je choisissent de vouloir appeler mon chéri tel jour pour que tous les engins motorisés de la création sortent dans la rue. Il suffit que je décide de sortir mon portable pour que le merveilleux petit pont me casse le système avec l'écho de ce p**** de scooter de m**** ! Il suffit que je me sente d'humeur gaillerette, que j'ai envie d'appeler mon chéri même si je ne suis pas en retard pour que la voiture miteuse sans permis avec un trou de la taille de mon poing dans le pot d'échappement passe à proximités de mes douces oreilles. C'est impressionnant. Si calculée quelque soit la situation !!
Vous comprendrez que mon calme et mon apaisement sont vite submergés par un vif sentiment de colère et d'énervement. Je ne peux donc pas être tranquille DEUX MINUTES. Je demande pas beaucoup pourtant. Mais, depuis, j'anticipe. Avant, je téléphonais une fois dans la rue. Maintenant, passée la porte battante du haut des escaliers, j'enclanche la procédure de téléphonie. Je papote 3 secondes mais voilà. La formule magique "oui allo mon chéri ?" déclenche une série d'événements imprévisible. Arrivée au pont, il y a toujours un motorisé pour me casser les oreilles, à défaut d'autre chose. Il suffise que j'arrive au niveau de la chaussée, téléphone en marche, pour que toutes les voitures (les plus bruyantes sinon ce n'est pas drôle) débarquent. Et cela ne le fais que lorsque je suis au téléphone. Impressionnant.

Donc, j'enrage. Et depuis, j'hésite vraiment à appeler mon chéri quand je sors du boulot...

dimanche, mars 2 2008

Pourquoi a pas eu de messages ?

boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot Réunions Editoriales déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress boulot déménagement fatigue stress boulot déménagement fatigue stress Besoin vacancespas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot Fatiguedéménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot Déménagementdéménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot Pas le tempsdéménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement Trop court week-endcopain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement boulot déménagement fatigue stress pas le temps boulot déménagement copain dodo boulot déménagement

lundi, février 25 2008

Pourquoi on voit toujours la culotte de Martine ?

Non mais sans blague. Pourquoi on lui voit toujours sa culotte à celle-là ?
Vérifiez, vérifiez !!

mercredi, février 20 2008

Pourquoi légaliser les armes à feu en France ?

Entre deux mesures et plan gouvernementaux, Sarkosy et cie devraient observer de plus près ce que je propose aujourd'hui : la légalisation des armes à feu, et plus généralement les Armes, dans notre bon pays.

Parce qu'après tout, les américains ont, tous ou presque, un beau pistolet chez eux. Les texans les ayant même directement à la ceinture, avec le chapeau assorti. Alors pourquoi pas nous, je vous le demande, quand notre président Grincheux préféré idolâtre les zaméricains ?! Je vous le demande.


Pour soutenir mon propos, voici un argument de poids.
    Je plante le décor : un samedi soir. Nous nous retrouvons avec mon cher et tendre - enfin ensembles ! - pour passer un petit week-end de derrière les fagots, en amoureux. Les parents n'étant pas là, nous squattons gentiment son appartement. Après une journée junk food, love et bain moussant, on décide de clôturer cette (très) bonne journée par un petit resto et un film. Nous allons donc au restaurant, soyons fou on se prend un apéritif tapas avant ! La soirée s'en suit, l'addition arrive, et nous voilà au cinéma.
    Depuis le visionnage de la bande annonce, j'avais très envie de voir le nouveau Tim Burton : Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street. Deep, Boham Carter, Burton, une comédie musicale... Bref, ça fait envie !! Nous nous rendons compte, de plus, que nous sommes assez chanceux d'avoir choisi ce film. En effet, c'est la semaine de sortie du fameux Astérix aux jeux olympiques : nous évitons ainsi habilement 2h d'attente et 2km de queue. Bref, pour nous, ça ouvre, ça tickette, ça avance et nous y voilà !
Nous sommes bien installés, depuis quelques minutes, quand une bande de gamins de type je-me-la-pète-à-13 ans fait irruption dans la salle. Irruption, oui. A coup de OUA MAIS POURQUOA TUT MET LA ZIVA ? ! et de AH AH AH LE BÂTARD et de cris, manifestement, de joie. En une fraction de seconde, l'ambiance paisible se transforme en œil du cyclone. On se met en bas, on se met au milieu, on se met en haut... Finalement, nos gamins de 4 ans et demi choisissent de se mettre tout à fait à droite de la salle, légèrement en haut. Pour faire simple : à notre niveau.
    Vous vous doutez bien qu'ils ne font AUCUN efforts pour diminuer le degré de décibel dont ils sont les émetteurs. On dirait pas mais ça a du coffre ces machins, surtout en bande. Bon c'est pas grave, après tout, le film ne commence pas, il y a encore les lumières... restons calme... Je constate tout de même que certaines personnes de la salle jettent de très mauvais regards en direction des fouteurs de bordel. Je ne suis donc pas la seule à vouloir me lever pour leur en foutre une, bien salée. Mais nous voilà sauvés, le film commence.

ET BIEN NON !!! Pauvres fous !! Nous pensions être à l'abri, nous pensions pourvoir regarder un film BIEN TRANQUILLEMENT. Car, même s'il s'agit d'un film qui charcle, ça empêche pas qu'on peut écouter sans bruit non ? Il faut croire que les demeurés à 6 mètres de moi n'ont pas compris le concept du cinéma : on regarde ensemble un film, nous ne sommes donc pas seuls. Mais c'est trop compliqués, je vous l'accorde. Ces chères petites têtes plus ou moins blondes se sont ainsi pris des réflexions du genre "Oh mais ça va oui ?" ou encore une qui m'a bien fait rire "Oh, mais allez regarder Astérix !!!"
    Ce qui, notez, de les a pas empêcher de continuer à parler, à faire du bruit et même à répondre au téléphone. En parlant fort bien évidemment. Mais ! Nous sommes sauvés, le vigile arrive ! Ils se taisent. Il s'en va. Ils recommencent. Ni une ni deux, ils m'ont saoulés alors j'y vais : "Ow, on vous entend de l'autre côté de la salle alors maintenant vous la fermez !!!". Mais que puis-je, pauvre chose, face à la connerie humaine - surtout quand elle a 13 ans ? Rien. Absolument rien. Alors ils recommencent. Et, phénomène rare, il me prend une soudaine envie de violence. De pure violence. Comme une envie d'en attraper un, de lui faire bouffer le fauteuil, de retourner m'asseoir pour profiter enfin de mon film. Comme une envie de leur exploser les dents et de les voir partir en chialant, de leur faire n'importe quoi pourvu qu'ils se cassent. Parce que...
    Mais, franchement, qu'est ce qu'ils foutent ici. Ils ne regardent pas le film, ou peu, ils emmerdent le monde. Ils passent le temps ? A 7 euros les deux heures, on a vu plus économique pour s'occuper. Le fait que Burton soit le réalisateur ne semble pas éveiller chez eux le moindre intérêt artistique ou créatif. Le fait qu'ils ne soient pas seuls ne semble pas non plus éveiller un quelconque sentiment de gène ou de culpabilité, face à leur attitude.
ALORS, franchement, QU'EST CE QUI ME RETIENT DE LEUR TATANER LA GUEULE A CES PETITS CONS ????
Surtout que le public est de mon côté ! Un bon petit coup de Beretta de derrière les fagots, ça devrait pas leur faire de mal !!! Bam Bam Bam, trois de moins, peut être que les autres auront peur, alors économonisons les balles...


Bref, ma soirée s'est tout de même bien passée mais j'aurais bien voulu avoir une arme sous la main. N'importe laquelle. Mais pourvu qu'ils la ferment... *_*

jeudi, février 14 2008

Pourquoi la Saint Valentin ?

Difficile de commencer un billet sur le 14 février. J'ai recommencé quatre fois mon début et ai "posé" bien dix minutes devant mon écran.

Il est dfficile d'en parler en fait : est-ce que j'aborde le traditionnel "bouh c'est commercial", ou je tombe dans le mielleux "c'est le plus beau jour pour les amoureux" ? A moins qu'un peu des deux... ?

Après tout, la situation amoureuse ne se situe-t-elle pas entre ces deux frontières : réalisme et romantisme ? Comment allier les deux : comment imaginer avoir un compte séparé de son aimé, comment imaginer l'avenir sans lui et prendre des décisions dans ce sens... Pourquoi le pacs à la place du mariage, pourquoi se dire "tient, ce bol est à moi"... alors que nous vivons dans un parfait amour ? Penser au pire, à la dure réalité pour mieux protéger sa situation ? Un peu paradoxal, non... ? Pourtant...
J'ai mis pas mal de temps à accepter toutes ces choses. A accepter qu'il est tout à fait possible d'avoir deux comptes séparés, a pouvoir comprendre qu'il en regarde une autre sans pour autant lui sauter dessus lubriquement, à pouvoir imaginer que rester collée à lui risque plus de l'enquiquiner que de le voir tomber amoureux... A accepter de voir partir son cher et tendre pour mieux le voir revenir. A accepter d'avoir un espace pour soi. C'est compliqué pour certains ! Mais est-ce que je l'en aime moins pour autant ? Bien au contraire. De la jeune fille de 16 ans, peu sûre d'elle, timide et (extrêmement) jalouse qu'il a rencontré, je suis à présent une jeune demoiselle sûre, de lui, de moi. De nous. Même si je l'embête quand il est avec une fille ^^
N'est-ce pas le plus important au final ? Passe ensuite que l'on ait envie de passer une petite soirée en amoureux. Il se trouve que cela peut tomber un 14, et en février. Et alors ?
Mais voyez-vous, cela fait exactement 5 ans, jour pour jour que nous sommes ensemble, mon amoureux et moi. Vous comprendrez ainsi que Saint Valentin ou pas, débat commercial ou pas, on s'en fout. On se passe notre soirée tous les deux, en étant quotidiennement à 200km l'un de l'autre, ça ne peut pas nous faire de mal quand on se retrouve !
Avec ma manie de me poser des questions, j'aurais trouvé le moyen de ne pas faire comme les autres. De ne pas mettre des coeurs partout, qui battent, qui clignotent, des angelots unisex qui tirent des flèches de cupidon pour cet "anniversaire". Encore une petite réflexion sur moi même, la vie, nous tous... Mais tu vois mon chéri, je me contrôle de mieux en mieux quand même, non ?
C'est parce que je t'aime...

dimanche, février 10 2008

Pourquoi nous moucher ?

Personnellement, je trouve ça dégeulasse :O !

Puis les mouchoirs tiennent jamais, on s'en met partout, on a beau s'essuyer le nez on sait jamais ce qu'il reste ! Toujours ce petit doute après un mouchage de nez : qu'est ce qu'il regarde lui... ? Quoi, j'ai quoi sur le nez ? Sans parler du bruit ! Ah pour faire discret c'est mort...
Bref la nature prévoit tout mais elle oublie parfois le petit côté esthétique et pratique de la chose...

Puis j'ai des tics. Des tocs.
Quand je me mouche (dans un extrême cas de prise de nez, tel Jeanne d'Arc attaquant les anglais), je tousse. Mais fort ! Comme si j'étouffais. Super bizarre non ? Je ne sais pas quel nerf est relié à qui, mais l'action "moucher" a pour conséquence "tousser". Ceci dit, notez que mon copain tousse quand il se met un coton tige dans l'oreille. On a tous nos petites manies...
En voilà une autre d'ailleurs : je ne me mouche devant personne. Le risque du très distingué "fil", reliant le mouchoir à vos nazoles, aux yeux de tous : ça JAMAIS ! Je vais aux toilettes, je m'isole, je me calfeutre et je me bloque si quelqu'un arrive. Puis il me faut un miroir. Pour vérifier que je n'ai rien qui traine nulle part. Vous imaginez pas la honte ? Non ?
Non, parce que ce sujet peut vous paraitre bien nul. Je vous l'accorde, j'ai d'ailleurs failli effacer ce Pourquoi qui végète dans ma liste depuis bien longtemps. Pourtant !
Pourtant n'est-ce pas une interrogation vitale ? Ne sommes-nous tous pas amené à nous poser cette question ? A moins que le fait de vous retrouver avec une crotte de nez de la taille de la faille de San Andréas sur la figure ne vous pose pas de problème.
A moi si.


Et j'ose proposer un questionnement tel sur mon blog, oui J'OSE monsieur ! Madame aussi.
Je n'ai peur de rien, le Pourquoiblog aborde tout et n'importe quoi et ASSUME. C'est écrit dans le texte d'intro en plus. Alors voilà. Je me mouche pas, je RENIFLE, je n'utilise pas de mouchoirs pour me moucher mais des rouleaux de PQ et je m'en fout !!

Ah Ah Ah Ah Ah !!!!

mardi, février 5 2008

Pourquoi c'est si HORRIBLE ??

Vous êtes en présence de la vidéo la plus horrible qu'il m'est été donné à regarder.

D'ailleurs, j'ai coupé à la moitié, je n'ai pas pu regarder la suite ô.ô J'ai trop eu peur !!
Cela dit, je ne m'explique pas le pourquoi-du-comment. Est-ce la musique, encadrant la vidéo pour rendre un effet encore plus angoissant qu'elle ne l'était déjà, qui m'effraie ? Est-ce le vil petit acteur ou tout simplement ce qu'il fait sous nos yeux !!!

Pas ébahis les yeux. Moi, j'ai pas pu.



D'ailleurs, j'ai posté ce billet les yeux fermés.

mercredi, janvier 30 2008

Pourquoi les gens fuments ?

NONMAISPOURQUOI ???


Qu'ils fument, OK, qu'ils s'enfument, OK ! Mais pourquoi se sentent-ils obligés de nous enfumer également ?

Pourquoi ILS FUMENT AU BUREAU alors que c'est interdit ??? Vous pouvez m'expliquer ?? Et ça date pas d'hier ! Qu'ils fument dans leur bureau, si ya personne, OK.


Mais il se trouve que je viens les voir. Il se trouve que je RESTE dans leur bureau. Il se trouve qu'au bout de 5 minutes à errer dans cette puanteur (oui, c'est de la puanteur), je retourne dans mon bureau et... ET JE PUAIS LA CLOPE !! * L'horreur *
J'ai a supporté tout ça moi ? Ah, non mais attend, tu comprends, la terrase est beaucoup trop loin : A 3 METRES D'EUX !! Faudrait pas faire forcer les poumons...


Non mais quand même, même les restaurants et les boites s'y sont mis !! Alors 'pourraient faire un effort...

*_*

vendredi, janvier 25 2008

Pourquoi aller à Londres ?

Mes périgrinations londoniennes, ou comment rentabiliser un week end au maximum !


Lire la suite...

dimanche, janvier 20 2008

Pourquoi il existe des rasoirs pour homme et des rasoirs pour femmes ?

Par une belle soirée d'hivers, je me suis rendue compte un peu tardivement que mon cher et tendre venait dormir chez moi le soir.

Hop, hop, hop, je range un peu ma chambre, je fais un peu propre, je coupe le réveil et je vais à la douche.
Je profite alors de ma douche chaude (*aime prendre une douche brulante*) et je prends mon temps : je suis enfin tranquille ! Reposée, délassée... On chantonne, on se repasse la journée, on... Ah, faut que je me lave la tête ! Aller, sous la douche et j'en profite encore de me sentir au chaud. C'est lorsque je sens mes doigts fripés et que je distingue difficilement le mur de la salle de bain (pourtant petite) à cause de la vapeur, je me dis qu'il est temps de sortir. Et là, ah ah !, je suis en retard. Inévitable, Watson ?

Alors, fissa je prend une serviette, je sors le séchoir et devant ma glace, je sèche mes cheveux. Et là, horreur. Je réalise que j'ai oublié la case "rasoir"... Je rapelle que je vois mon chéri le soir. Et que nous sommes en hivers. Si si, cela à son importance... Le challenge d'être impeccable peut rapidement viré scénario catastrophe pour cause de pillosité trop développé. Ou même développé tout court. Pas le temps pour la-mousse-qui-rend-douce (on va dire que le fait de pas sentir un ours des cavernes à ses côtés peut faire oublier l'absence potentielle de douceur), je trifouille dans le panier prévu et là horreur derechef. Le rasoir a disparu. Cherche, fouille, fouine, déplace et s'énerve. Résultat : pas de résultat. Bon... PLAN B *action*.

Je trouve un rasoir neuf au fond dudit panier. La joie et l'allégresse s'emparent de moi lorsque je réalise qu'il s'agit d'un rasoir wilkinsonjesaispasquoi. Pour homme. Le rouge et le noir agressifs auraient du me mettre sur la piste, mais pas le temps de réfléchir. Un zip par ici, un zip par là et me voilà à des kilomètres du stade "cro magnon". Présentable, mais pas douce comme-la-dame-de-la-pub. Je speede et je m'habille. Et je réfléchis.

Quel traumatisme j'ai du faire subir à ce pauvre rasoir. Lui qui a du être entrainé et préparé tout au long de sa vie et de sa fabrication à raser des poils d'hommes ! "Des poils de mâles tu raseras !" ou bien "The Poil shall not pass !". Un vrai entrainement de militaire, rasé de près. Quelle déception en voyant mes petits poils se couper si facilement sous la lâme meurtrière ! Pas de résistance, pas d'opposion. Une peau lisse, des poils fins, une main agile avec une poigne si douce... Cela a du provoquer chez lui un trauma d'une puissance indiscutable.
Suis-je vraiment fait pour raser des hommes ? C'est plus sympa les poils de femme... Ne pourrais-je jamais pouvoir choisir ma voix !? Je ne sais plus qui je suis... MAIS QUEL EST MON DESTIN ?

Voilà... Voilà comment je suis devenue responsable du premier rasoir bisexuel. Pas d'ambivalence, c'est très clair. Je l'ai repris quand je n'avais toujours pas de rasoir "female" sous la main. Avouez que c'est bien pratique. Et puis pas de discrimination comme ça ! Après tout, hommes et femmes ne sont-ils pas égaux, même à un poil près ?


Je triche en datant d'hier, mais je revenais de London, une beautiful ville plein de people bizarres et de subway rapides.
Alors je vous ferais une petite quote dessus, mais i don't know quand. See ya !

mardi, janvier 15 2008

Pourquoi faire les soldes ?

En commerce, les soldes (mot masculin pluriel) consistent à vendre (solder) avec une forte réduction sur le prix des surplus et des méventes. Moi je dis, Chouettos.

Lire la suite...

jeudi, janvier 10 2008

Pourquoi j'adore ça ?

Il y en a qui se MASSACRENT
Il y en a qui TOMBENT
Il y en a qui s'en prennent PLEIN LA GUEULE
Il y en a qui se font PEUR
Il y en a qui sont CONS
Il y en a qui sont ENORMES
Il y en a qui n'hésitent pas à se MOUILLER
Il y en a qui ont l'ESPRIT VIF
Mais au final, c'est débile - en plus !
...

Mais j'adore ça !! xD

Méga compilation de chats fous via Koreus

Ca doit être mes relents sadiques.
Mais, et vous ? niark niark niark

(source : koreus.com)

- page 2 de 5 -